Vleminckx: "J'en avais marre de la Turquie"
Redaction
| 0 réaction

Bjorn Vleminckx évoque son échec brugeois et les bizarreries turques

Vleminckx: "J'en avais marre de la Turquie"

Quel drôle de parcours que celui de Bjorn Vleminckx. Excellent à Malines puis aux Pays-Bas au NEC Nimègue, il s'est ramassé à Bruges, s'est relevé puis à nouveau éteint en Turquie avant de signer à l'Antwerp cet été. L'attaquant revient sur les dernières années de sa carrière...

Il y a quelques mois, Bjorn Vleminckx a hésité à arrêter le football, c'est en tout cas ce qu'il a confié à Sport/Foot Magazine... "J’en avais marre de la Turquie car il était clair que j’allais jouer une saison en réserve à Göztepe. J’ai pensé que si je ne trouvais pas de chouette club dans les environs, il vaudrait sans doute mieux renoncer au football professionnel et jouer dans les divisions inférieures. Puis, quelques bons clubs se sont manifestés."

Quand il regarde dans le rétroviseur de sa carrière, Vleminckx n'a pas spécialement de regrets... "Je referais presque tout de la même façon, à l’exception de certains choix de clubs. Un footballeur doit retirer le maximum de sa courte carrière, sportivement et financièrement. J’ai opté pour le sportif jusqu’à Bruges puis j’ai choisi l’argent. Comme j’avais encore dix ans devant moi quand j’ai quitté Bruges, je retournerais donc en Turquie."

En parlant de Bruges, justement, Vleminckx tente d'explique ce qui n'a pas fonctionné dans la Venise du Nord. "On m’a rarement utilisé pour exploiter mes atouts, les passes du flanc. Nabil Dirar était le seul à m’en délivrer et je marquais régulièrement grâce à lui mais il a rejoint Monaco pendant la trêve hivernale. Nous avons adopté un système qui ne me convenait pas. Il ne faut pas me demander de dribbler quatre hommes ni de plonger dans les angles pour forcer quelque chose grâce à ma vitesse."

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos