Rouches ternes, mais Rouches qualifiés
Florent Malice
Florent Malice depuis le Canonnier
| 0 réaction

Le Standard fait rapidement la différence à Mouscron et se qualifie pour les 8es de finale de Croky Cup

Rouches ternes, mais Rouches qualifiés

Rien à voir à Mouscron ce soir, à part un penalty très tôt dans le match transformé par Joao Klauss. Les Rouches sont qualifiés, et c'est tout ce qui comptera pour Luka Elsner.

Il fallait être optimiste pour espérer voir, ce mardi au Canonnier, une démonstration de football entre la lanterne rouge (vif) de D1B, en pleine perdition et clairement pas focalisée sur la Coupe, et un Standard en rémission certes mais pas encore complètement guéri. Ajoutez à ça une demi-tournante de chaque côté, et vous avez la recette d'une soirée morose. 

Recette suivie à la perfection par des cuistots bien patauds : l'Excel Mouscron laisse le ballon aux Rouches, qui poussent maladroitement mais en prenant place dans le rectangle par moments, suffisamment pour que sur l'une des premières phases arrêtées, Moussa Sissoko soit poussé par Simba et obtienne un penalty, que transforme Joao Klauss, increvable en Coupe aussi (7e, 0-1).

joao klauss

Le Standard a fait le plus dur, et l'a fait très vite : de quoi gérer tranquillement, face à un Mouscron impuissant à créer le moindre danger. Les quelques pertes de balle, notamment de Pavlovic un peu nonchalant, sont exploitées bien trop lentement. Tapsoba et Klauss combinent bien devant mais il faut attendre la 38e pour que le jeune attaquant alerte enfin Gillekens d'une frappe en rentrant dans l'axe. Aron Donnum, lui, passe un peu à côté de l'occasion de se montrer. 

José Jeunechamps veut clairement voir une réaction à la pause et sort Giunta, l'ex-Rouche invisible ce soir, et Taravel pour Bourdouxhe et, surtout, un Christophe Lepoint remonté comme un pendule. L'impact mouscronnois est bien plus perceptible pendant le premier quart d'heure de la seconde période, mais les contres restent terriblement mal gérés. Il faudra un corner pour qu'Angiulli frôle l'égalisation de la tête (59e). Le même Angiulli restera prostré à la 77e quand c'est encore de sa tête que vient une nouvelle énorme occasion, encore sur phase arrêtée. Le Standard, de son côté, voit Klauss tenter d'allumer un peu le match d'une bicyclette (60e), et Cimirot alerter Gillekens (69e). 

angiulli

Les changements se multiplient, et on ne peut même pas dire qu'ils tuent le rythme d'un match qui en avait peu. Mouscron, de son côté, n'a qu'un objectif : le match de vendredi à Virton, crucial pour le maintien, et n'est probablement même pas motivé à l'idée d'un rab de trente minutes de prolongations. Nous non plus, mais le public bien à en croire les vivats alors que l'Excel obtient l'un ou l'autre corner en fin de match et que le Standard, de son côté, ne parvient désespérément pas à tuer le match, malgré une timide tentative de Carcela (88e). 

Pas de prolongations cependant : score final 0-1, et un match qui ne restera certainement pas dans les mémoires par son niveau. Mouscron n'a pas démérité ni été ridicule, et le Standard, de son côté, poursuit son chemin dans une compétition qui, pour le coup, fait office de priorité ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos