Faïz Selemani et l'Union Belge de football se sont vus au tribunal

Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction
Faïz Selemani et l'Union Belge de football se sont vus au tribunal
Photo: © photonews

Faïz Selemani a rompu unilatéralement son contrat avec l'Union Saint Gilloise en utilisant la loi de 78. Dans la foulée, il s'est engagé en faveur du FC Courtrai. Mais l'Union Belge ne lui a toujours pas donné l'autorisation de défendre les intérêts de son nouveau club.

La séance du tribunal correctionnel de Bruxelles au sujet du litige entre Faïz Selemani et l'Union Belge de football a été courte.  Selon l'agence Belga, une décision est attendue rapidement même si aucune date précise n'a été fixée.

L'avocat du joueur, Maître Grégory Ernes, reproche à la Fédération d'empêcher son client de travailler : "Elle se base sur son règlement, qui stipule qu'un joueur est qualifié si le tribunal du travail ou la Commission Arbitrale pour le Sportif Rémunéré estime qu'il n'y a pas eu de faute grave. Ce règlement va à l'encontre de la loi."

Union Belge

L'avocat de la partie adverse, Maître Audry Stévenart, rétorque : "L'Union belge ne peut simplement pas décider si un joueur a le droit de jouer.  Il appartient aux clubs de vérifier si un joueur dispose de ce droit. Si un adversaire estime qu'un joueur non qualifié a joué, il a la possibilité de déposer plainte."

D'après ses dires, Faïz Selemani a rapidement été mis au courant de sa situation par la Commission Arbitrale pour le Sport Rémunéré : "Il semblerait qu'il a mis en scène l'incident du 14 août en ne se présentant pas aux tests médicaux et en sabotant l'entraînement."

De son côté, le Français affirme que l'Union Saint Gilloise l'a interdit de pénétrer sur le terrain d'entraînement.  Ce qui l'aurait pousser à rompre son contrat.

Plus d'infos

Plus d'infos