Anderlecht en PO1 ? Un tel retard après huit journées n'a été résorbé qu'une seule fois !

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Anderlecht en PO1 ? Un tel retard après huit journées n'a été résorbé qu'une seule fois !
Photo: © photonews

Anderlecht compte désormais neuf points de retard sur le top 6 après huit journées de championnat, soit au quart de la compétition régulière. Un tel écart ne se résorbe pas souvent. Ce n'est à vrai dire arrivé qu'une seule fois ...

Neuf points de retard : voilà ce que compte désormais le RSC Anderlecht sur le KV Malines (et La Gantoise, un match de moins), qui comptabilise 14 unités après huit journées de championnat. Un écart qui paraît abyssal et la deuxième fois dans l'histoire de la Pro League "moderne" (comprenez : depuis l'instauration du système de playoffs) que les Mauves sont hors du top 6 à ce stade de la compétition. 

Un top 6 régulier 

Depuis 2009-2010, première saison avec playoffs, le top 6 après huit journées est à une barre assez régulière : 15 points (en 2017-2018), 14 points (à trois reprises), 13 points (à cinq reprises) ou douze points (en 2011-2012). Le sixième au terme de la saison, par contre, varie entre 41 points (Zulte Waregem, le plus faible total en 2009-2010) et 50 points (le Standard en 2012-2013). Voilà pour la marge de réflexion. Cela signifie globalement qu'il faut prendre entre 36 et 45 points (sur 66) pour que le RSCA soit "certain" d'atteindre le top 6. 

Ces chiffres "bruts" sont déjà parlants, mais ajoutons-y celui-ci : quels écarts ont déjà été comblés après un quart de championnat pour finalement intégrer le top 6 en fin de saison ? Quels clubs ont déjà réussi des exploits, lancé leur saison pour s'inviter en PO1 un peu contre toute attente ? 

Si on ne compte comme "remontée" que plus de trois points (soit plus d'une victoire d'écart), plusieurs équipes y sont parvenues : 

  • En 2009-2010, Courtrai et Zulte Waregem (9pts) comptaient 5 points de retard sur le top 6 (14pts) :  ils ont respectivement pris 32 et 36 points sur 66 le reste de la saison. 
  • En 2010-2011, Lokeren (9pts) était à 4 points (13pts) du top 6 ; les Waeslandiens ont pris 41/66 par après pour accéder aux PO1. 
  • Il faut ensuite attendre 2014-2015 pour assister à une nouvelle performance : le KV Courtrai était alors 14e au classement, à 7 points du top 6, et a pris 40/66 pour se hisser en PO1. L'un des plus gros retards résorbés jusqu'ici.

Ceci nous amène à la saison 2017-2018, très intéressante à deux titres. Premièrement, il s'agit de la seule fois (jusqu'à cette saison) où le RSC Anderlecht figurait hors du wagon de tête après huit journées de championnat - à 3 unités (12pts) d'un top 6 plus haut que jamais (15pts). Autre performance notable : le Standard, qui figurait alors à 6 points du top 6 et s'est également qualifié pour les PO1. 

L'exemple de La Gantoise 

Mais c'est également en 2017-2018 qu'une équipe a réussi ce qu'Anderlecht espère accomplir cette saison : résorber un retard de neuf points sur le top 6. La Gantoise était en effet ... 14e (Anderlecht est 13e actuellement) et comptait 6 points (1v, 3n, 4d). Les Buffalos allaient ensuite complètement relancer leur saison grâce à l'arrivée de Yves Vanderhaeghe : 45/66 et un top 6 non seulement accroché, mais rejoint avant même la trêve hivernale (26 points sur 36).

Voilà donc une preuve que ce qu'Anderlecht doit réaliser pour aller chercher les PO1 est faisable : quelqu'un y est déjà arrivé. Vincent Kompany va-t-il appeler Yves Vanderhaeghe pour lui demander conseil ? On en doute. Mais le fait est qu'à l'époque, Gand avait eu besoin d'un électrochoc - en l'occurrence le licenciement d'Hein Vanhaezebrouck - pour se remettre dans le sens de la marche ... 

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos