Ronald Vargas en veut toujours au Club de Bruges : "Voici la vérité à propos de mon transfert à Anderlecht"
Timothy Collard
Timothy Collard
| 0 réaction

Ronald Vargas en veut toujours au Club de Bruges

Ronald Vargas en veut toujours au Club de Bruges : "Voici la vérité à propos de mon transfert à Anderlecht"
Photo: © Photonews

Ronald Vargas joue actuellement en Grèce pour l'AEK Athene, mais le Vénézuélien a joué dans le passé pour le Club Bruges et Anderlecht. Le joueur revient sur son passage difficile de Bruges à Anderlecht.

“J'aimerais donner une interview avec Vincent Mannaert où nous jurons sur la Bible de dire toute la vérité sur cette fameuse période de transfert. Mais il ne le fera pas car il est trop fier pour faire cela. Je sais que le football est un monde de serpent mais vous devez tenir votre parole. Sinon vous avez l'air mauvais”, indique-t-il à Fan.

"Le Club de Bruges m'a toujours promis un nouveau contrat"

Vargas raconte l'histoire mais à sa manière cette fois-ci. “Regardez, l'année où j'ai marqué 15 buts, des clubs étaient intéressés. L'Ajax, Villarreal, Shakhtar Donetsk… Mais le Club de Bruges m'a toujours promis un nouveau contrat. J'étais leur joueur clé.”

“Il y avait beaucoup de pression sur mes épaules mais chaque jour ils me disaient qu'ils allaient me récompenser.Même en février, le Lokomotiv Moskou a frappé à la porte. Leur jet-privé était prêt pour négocier mon passage du Club en Russie, mais je ne voulais pas ça. Ils sont venus voir le match contre Genk pour ensuite prendre contact avec la direction de Bruges mais je me suis déchiré les ligaments croisés. Adieu transfert.”

"Après ma blessure le Club de Bruges ne croyait subitement plus en moi"

“Après ma blessure, ils ne croyaient subitement plus en moi. Ils disaient que je demandais trop et ne croyaient pas dans mon retour. Toutes leurs promesses volaient en l'air. Ca m'a brisé. Ensuite, Anderlecht est arrivé. Mettez vous à ma place. Le Club, qui est un top club, ne croyait plus en moi. Mais leur ennemi juré, Anderlecht, me dit: Nous savons que tu auras une bonne revalidation. Le choix était vite fait", conclut Vargas.

Plus d'infos

Plus d'infos