Pocognoli : "Mes adieux au Standard ? De la tristesse et du soulagement"

Florent Malice
Florent Malice depuis le Stade Marien
| 0 réaction
Pocognoli : "Mes adieux au Standard ? De la tristesse et du soulagement"

Sébastien Pocognoli n'est plus un joueur du Standard. Des adieux un peu tristes, sans cérémonie, pour un ancien capitaine et Rouche pur jus. Mais l'ancien Diable Rouge n'est pas homme à avoir de la rancoeur.

On ne pouvait avoir que de la peine en voyant Sébastien Pocognoli (32 ans) mis de côté pendant toute la première partie de saison avec le Standard. Son départ cet hiver, qui semblait inévitable, est un crève-coeur, mais aussi une libération. "Ce que je ressens ? Un peu de tristesse ... mais aussi du soulagement. De la tristesse parce que tout le monde sait que le Standard est un club qui me tient énormément à coeur", reconnaît Pocognoli en conférence de presse ce mardi au Stade Marien. 

"Mais du soulagement parce que cette situation devenait difficile à vivre. J'ai décidé de partir aujourd'hui parce que j'ai besoin de jouer, j'ai toujours cette ambition et il était clair que je ne jouerais pas à Liège", continue-t-il. Avec des regrets, évidemment, mais ... "Ce sont les choix du club. Je ne peux pas me battre contre ça". 

Pas de merci à Preud'homme ?

Alors qu'il était capitaine et qu'une reconversion future au sein du club avait été évoquée, c'est finalement par la petite porte que Pocognoli a dû se résoudre à partir. "J'aurais évidemment voulu que ça se passe autrement, je ne vais pas m'étendre là-dessus. Ma reconversion au club ? Ca avait été évoqué et c'était voulu des deux côtés, c'était une belle marque de confiance, mais comment aurais-je pu m'y projeter si ça ne se passait pas bien dans l'instant présent ?", souligne le néo-Unioniste.

La période la plus difficile de ma carrière ? Avec l'expérience, on relativise ... 

Un détail n'a pas manqué d'être noté : Pocognoli a remercié Ricardo Sa Pinto dans sa lettre d'adieux - pas Bruno Venanzi, pas Michel Preud'homme. "Ce n'est pas parce que je ne les remercie pas que je les vise en particulier, il ne faut pas voir le mal partout", relativise-t-il. "Je souhaite le meilleur au Standard et je crois qu'ils pensent la même chose vis-à-vis de moi". 

L'ex-Rouche regarde donc vers le futur : "Si ça a été la période la plus difficile de ma carrière ? Avec l'expérience, on apprend à relativiser. J'ai autre chose que le football dans ma vie, un environnement personnel qui me permet de faire abstraction de ça", conclut Pocognoli

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos