Pocognoli explique son choix : "L'Union, un club avec une histoire et une tradition"
Florent Malice
Florent Malice depuis le Stade Marien
| 0 réaction

Sébastien Pocognoli présenté à l'Union Saint-Gilloise : "Un club de tradition"

Pocognoli explique son choix : "L'Union, un club avec une histoire et une tradition"

Une semaine après son arrivée à l'Union Saint-Gilloise, Sébastien Pocognoli s'est présenté devant la presse pour expliquer son choix et son départ du Standard.

C'est avec un peu de retard que Sébastien Pocognoli se présentait à la presse ce mardi : "Je ne maîtrise pas encore bien le ring de Bruxelles", blaguait-il en arrivant. Car Poco va devoir s'habituer à la capitale, lui qui a rejoint l'Union Saint-Gilloise pour un nouveau défi. Son troisième club en Belgique, peu de temps après avoir quitté "son" Standard ... 

"Les contacts remontent à quelques semaines, il y avait de l'intérêt. J'étais venu visiter les installations, sans me douter que j'y signerais si rapidement. Mais ma situation a changé au Standard et je voulais retrouver un projet sérieux. L'Union correspond à mes attentes", explique Pocognoli. "J'ai été séduit par les personnes en place, par l'envie de refaire de l'USG le club qu'il était par le passé. Ces dernières années m'ont confirmé que le club travaillait bien". 

J'ai dit à mes agents que je voulais idéalement Malines en D1A ou l'Union en D1B

Le désormais ex-Rouche a désormais une envie : revenir rapidement dans le coup. "Je veux participer au maximum, reprendre du plaisir, car je n'en ai pas eu beaucoup depuis un an", reconnaît-il. "Je ne suis pas revanchard, mais ambitieux. J'ai déjà connu une montée par le passé (avec Brighton, nda) et je sais que ce sont de beaux moments à vivre, qui amènent du bonheur aux gens". 

Son passage à Brighton & Hove Albion, dont le propriétaire est également à la tête de l'Union, n'a pas été crucial dans son arrivée au Parc Duden. "Oui et non, disons que le président, que je connais de l'époque, m'appréciait déjà sur le plan humain et que ça a pu faciliter les choses. Mais si j'avais dû citer deux clubs en Belgique où j'aurais aimé signer, c'était Malines en D1A ou l'Union en D1B : des clubs avec un beau public, une tradition, une histoire. C'est une base pour moi", affirme l'ancien Diable Rouge. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos